Lundi 21 juillet 2014 1 21 /07 /Juil /2014 23:20

ob_991b4a_rift.jpg Si le débat public dans les centres capitalistes interprète la crise économique, en dépit de sa persistance, comme un phénomène purement passager, en revanche il perçoit parfaitement que la crise écologique procède des fondements mêmes du mode de vie moderne. La contradiction n’est en effet que trop manifeste entre, d’un côté les impératifs économiques de la croissance, de l’autre la finitude des ressources matérielles et de la capacité du milieu naturel à absorber les déchets produits par la civilisation.

Depuis quelques années, la catastrophe climatique annoncée occupe le premier plan des discussions, même si aujourd’hui on en parle un peu moins, étant données les priorités nouvelles résultant des efforts pour faire face à la crise économique. L’objectif des 2°C, grâce auquel nous aurions peut-être encore pu éviter les pires effets du réchauffement de l’atmosphère, est désormais considéré comme tout à fait hors d’atteinte. Exception faite de la baisse intervenue durant l’année de récession 2009, l’émission mondiale de CO2 continue d’augmenter inexorablement, et le changement climatique commence même à s’autorenforcer, en libérant par exemple un surcroît de gaz à effet de serre moyennant le dégel du pergélisol, ou en diminuant la réflexion du rayonnement solaire dans l’espace moyennant la fonte des glaciers.

Cependant le changement climatique ne représente que l’un des champs de bataille sur lesquels se déroule la « guerre du capital contre la planète », comme disent les sociologues étasuniens John Bellamy Foster, Brett Clark et Richard York dans leur livre remarquable (quoiqu’à maints endroits piètrement traduit) intitulé « La faille écologique »[2]. À l’acidification des océans, la rareté croissante de l’eau, l’érosion des sols, le rapide déclin de la biodiversité et la pollution par les produits chimiques, viennent en outre s’ajouter des développements économiques reliés entre eux et destructeurs pour l’environnement, dont chacun suffirait à lui seul pour rendre inhabitables à moyen terme de vastes pans de la terre.

En particulier, les données collectées dans le cadre du changement climatique ont mis en évidence où se trouvent les responsables de cette catastrophe désormais difficilement évitable et qui concernera avant tout les pays pauvres : en 2010, l’émission de CO2 atteignait 4,4 tonnes par habitant pour l’ensemble de la planète, mais 17,3 tonnes par habitant pour les USA, 9,3 pour l’Allemagne, 7,0 pour les pays européens membres de l’OCDE, 5,4 pour la Chine, 1,4 pour l’Inde et 0,9 pour l’Afrique[3]. La Chine, on le voit, a joliment rattrapé son retard au cours des dernières années, puisqu’en 2004 son émission de CO2 par habitant était encore inférieure à la moyenne mondiale. Ce bond en avant tient manifestement à son taux de croissance qui demeure toujours aussi élevé, alors que les pays de l’OCDE affrontent une récession et voient du même coup leurs émissions de CO2en léger recul.

Quantité d’autres chiffres encore montrent à quel point sont corrélés le franchissement des limites naturelles et le développement de la richesse capitaliste. À quelques exceptions près, on peut diregrosso modoque plus un État est riche et développé, plus il contribue à la destruction générale de l’environnement. Il est rare ici que ceux qui provoquent ces ravages soient en première ligne pour en subir les effets. Grosso modo là encore : les pays développés mènent la « guerre contre la planète » mais, quant aux conséquences, les premiers à les sentir passer sont les pays pauvres. À n’en pas douter, il y a là une des raisons expliquant pourquoi on ne combat toujours que des symptômes, sans jamais s’attaquer véritablement aux causes.

Toutefois, si l’on creuse un peu plus, la vraie raison réside dans l’importance que semble avoir aujourd’hui encore la croissance économique pour le bon fonctionnement de toute société moderne. Ce qui est en crise, c’est toujours la croissance. Pour que des pays comme, par exemple, le Portugal puissent sortir de leur situation critique, tous les experts sont d’accord : il faudrait une croissance du PIB de 3% l’an pendant des décennies, croissance dont nul ne sait d’où elle pourrait bien provenir ; la Chine, d’après les calculs de ses dirigeants, a besoin d’une croissance annuelle d’au moins 7% et multiplie pour cela les programmes de relance ; au reste, même les sommets du G8 ou du G20, en dépit de toutes leurs divergences, reconnaissent à chaque fois à l’unanimité que tout doit être fait pour stimuler la croissance mondiale.

Manifestement nous avons affaire à une situation de dilemme : d’un côté, concurrence avec les autres ou pas, toute société moderne doit absolument croître, faute de quoi elle risque de voler en éclats, à l’instar des États du « socialisme réellement existant » à la fin des années 1980 ou de ceux du « printemps arabe » tout récemment – les idéologies démocratiques ou islamistes censées avoir conduit à ces renversements n’étant, dans les deux cas, que pur folklore. Mais, d’un autre côté, le type de croissance dont nous parlons ici aggrave à proportion la destruction de l’environnement. Et au final il ne nous reste que l’alternative entre désintégration sociale et déprédation des bases naturelles.

Le mode de production capitaliste, tache aveugle du débat sur l’environnement

Toute la question est donc de savoir si ce dilemme a une issue. Le problème, dans cette affaire, c’est que la conscience bourgeoise considère comme sacro-saints le mode de production capitaliste et ses catégories : travail, marchandise et argent, salaire et profit, marché et État. La fin du monde paraît moins inconcevable que le dépassement de cette formation sociale pourtant historiquement très spécifique. Or, tant que le capitalisme passe pour quelque chose d’aussi naturel et allant de soi que cet air que nous respirons et dont nous risquons de manquer bientôt, il est impossible de trouver une réponse adéquate à la question des issues éventuelles à notre dilemme. Tout le débat sur la crise environnementale tourne forcément à vide et prend des allures étrangement irréelles, puisque de tous côtés on ne traite que de fictions, pour ne produire, au mieux, que des semblants de solutions – ce dont tout le monde a d’ailleurs plus ou moins conscience.

Ce qui saute aux yeux avec le plus d’évidence chez les faucons de l’économie – hormis leur pur et simple déni du problème –, c’est qu’une ressource économiquement improductive telle qu’une forêt humide échappe tout autant à leur crible perceptif que l’avenir situé au-delà de l’actuel cycle de valorisation. Dès qu’ils ont affaire à des périodes un tant soit peu éloignées, ils n’hésitent pas à recourir à ce qu’on appelle des « taux d’actualisation », grâce auxquels ils font disparaître les coûts futurs. Ex-économiste en chef de la Banque mondiale, Nicholas Stern, dans le rapport daté de 2006 qui porte son nom[4], a évalué à l’avance le coût en dollars du changement climatique – ce qui, du reste, a permis au débat sur le climat de vraiment passer à la vitesse supérieure, dans la mesure où, enfin, il était question d’argent. D’après le rapport Stern, le coût d’un changement climatique non maîtrisé jusqu’à la fin du siècle atteindrait entre 5% et 20% du PIB mondial, alors que les contremesures nécessaires ne réclameraient qu’un investissement de 1% du PIB mondial sur les vingt ans à venir, à financer par exemple au moyen d’une taxe carbone. La question, avec ce genre de calculs, c’est toujours de savoir comment sont comparés entre eux coûts futurs et coûts arrivant à échéance aujourd’hui. Le rapport Stern table sur une actualisation de 1,4% l’an, ce qui veut dire qu’un coût de 1000 $ à échoir dans 90 ans ne représente aujourd’hui que 285 $ en écriture comptable. Ce à quoi les économistes classiques – William Nordhaus en tête, professeur d’économie à Yale – ont rétorqué que c’était là une actualisation fixée beaucoup trop bas, puisqu’en vertu de la croissance économique, le monde sera sans doute à l’avenir bien plus riche qu’actuellement. Nordhaus a alors refait le calcul avec une actualisation de 6% l’an : les 1000 $ payables dans 90 ans ne correspondent plus qu’à 5 $ d’aujourd’hui, d’où il suit que l’on peut largement ignorer les coûts futurs[5]. La crise environnementale est ainsi évacuée par le calcul, elle n’existe plus.

Firmes et gouvernements procèdent bien sûr de façon quelque peu moins brutale, étant obligés de prendre en considération les inquiétudes de leurs clients et électeurs. C’est là qu’intervient une stratégie qui a fait ses preuves, celle du « greenwashing », qui consiste à se contenter de faire semblant de protéger l’environnement et le climat. Dans le cas des entreprises, il est clair que seule les intéresse leur image verte (et sociale), qu’elles doivent peaufiner avec le plus grand soin si elles veulent que l’on puisse acheter leurs produits sans mauvaise conscience. Ce qui se passe derrière la jolie façade, en revanche, n’a pratiquement aucune importance, du moment que ça ne s’ébruite pas. De leur côté, les gouvernements ont avant tout une mission à remplir : faire en sorte que la valorisation du capital rencontre le moins d’obstacles possible. C’est pour cela qu’on les a élus, et de là dépend leur capacité d’agir au-delà des seuls revenus fiscaux. La protection de l’environnement – quand bien même, naturellement, on insiste sur son importance – n’a d’autre choix que de s’adapter à ce lit de Procuste, que l’on peut au besoin repeindre en vert. En Allemagne, cette logique se révèle avec une netteté particulière dès qu’il s’agit des intérêts de l’industrie automobile, qui est au cœur du modèle économique allemand : bien entendu, dans les conférences internationales, on s’accorde sur le fait qu’il faut absolument réduire aussi les émissions de CO2provenant du trafic routier ; mais sitôt que quelqu’un en vient aux mesures concrètes – comme la Commission européenne en 2007, lorsqu’elle réclama que l’on taxe, à partir de 2012, les berlines rejetant plus de 130 grammes de CO2par kilomètre –, tout ministre de l’environnement allemand qui se respecte (dans ce cas précis il s’agissait de Sigmar Gabriel) s’arrange pour ne voir là qu’une pure et simple « guerre concurrentielle dirigée contre les constructeurs automobiles allemands ». Et ne parlons même pas de la prime à la casse de l’année 2009, programme de relance en faveur de l’industrie automobile et gâchis environnemental de premier ordre, qui se présentait sous le label vert d’une « prime environnement ».

À l’autre bout de l’échiquier politique, partis d’opposition et groupes extraparlementaires peuvent se permettre de redéfinir les priorités dans le sens d’un meilleur équilibre et de prôner la réconciliation entre économie et écologie, réconciliation à laquelle ils ne croient eux-mêmes qu’aussi longtemps qu’on ne les oblige pas à la concrétiser. Apparaissent alors des concepts tels que « Green New Deal », « Cycle de Kondratiev écologique », etc., par lesquels on désigne une nouvelle et longue vague d’accumulation capitaliste, censée s’appuyer sur les « technologies vertes » et prendre le relais de l’actuel « capitalisme financier ». On souligne à cet égard les bénéfices que cela représenterait en termes de nouveaux emplois et de développement économique ; si bien que tout à coup l’écologie ne constitue plus un obstacle pour l’économie, mais au contraire le plus court chemin vers de nouveaux profits. Le débat public allemand entend par là bien évidemment des emplois et des profits pour l’Allemagne, leader du marché, et une transposition au monde entier apparaît d’ailleurs tout à fait impossible : tant que l’énergie verte restera plus chère que les énergies fossiles, elle ne pourra s’imposer au sein de la concurrence capitaliste. Et inversement : elle ne deviendra meilleur marché – le cas échéant – qu’après être passée par un processus de rationalisation expulsant d’énormes quantités de travail vivant (mais aussi, par là même, de profits) hors de sa production. Dans l’un ou l’autre cas nous pouvons dire adieu aux nouveaux emplois en Allemagne ou – plus vraisemblablement – en Chine.

L’objectif d’une « croissance économique durable » (« sustained economic growth ») qui s’exprime à travers ces concepts – objectif en faveur duquel s’est prononcé notamment le sommet de l’ONU sur le développement durable qui s’est tenu à Rio de Janeiro en 2012 – se révèle être, quelle que soit l’extension que l’on donne à la notion de durabilité, une contradiction dans les termes, dès lors, du moins, que l’on entend la croissance économique au sens actuel. Et comment pourrait-on l’entendre, sinon au sens actuel ? Ceux qui parlent de croissance économique durable ne font qu’obscurcir la problématique environnementale-climatique et tenter de se persuader qu’il est possible de concilier l’inconciliable.

Estimant qu’on ne parviendra pas à découpler croissance économique et destruction accélérée de l’environnement, les partisans d’une « société de post-croissance » en tirent finalement la conclusion logique que nous devons faire table rase du concept de croissance. Au vu de l’étroite corrélation entre mode de production capitaliste et fétichisme de la marchandise, on pourrait s’attendre à trouver dans la littérature consacrée à la post-croissance un véritable programme d’abolitions[6]. Mais en fait, Horst Köhler, [ex-]président de la république fédérale allemande, a tout loisir d’y réclamer à la place, sans que nul ne vienne le contredire, une « économie de marché sociale et écologique » – comme si une économie de marché non capitaliste pouvait exister. L’espoir est placé sur des entrepreneurs qui, au lieu de courir après le profit, se préoccuperaient d’assurer la durabilité de leur production. Pas question, en tout cas, de remettre en cause l’argent comme médium de la socialisation ; seul notre rapport à l’argent doit redevenir un tant soit peu plus sérieux – comprenez : plus parcimonieux – que ces dernières années. Et naturellement, dans ce milieu pullulent aussi les disciples d’un Silvio Gesell, qui tiennent la rente pour la source de tous les maux et vouent aux gémonies le « capital accapareur »[7]. En dépit de quelques analyses pertinentes de la profonde corrélation entre le concept de croissance et la modernité, il semble finalement que l’on n’aboutisse guère ici qu’à une critique tronquée du capitalisme – et cela peut parfois s’avérer pire que pas de critique du tout.

Qu’est-ce qui croît, au juste, de façon si obsessionnelle ?

Quiconque entend s’affranchir de l’impératif de croissance doit en premier lieu comprendre en quoi il consiste. En rendre responsable la consommation excessive, c’est passer à côté des contraintes objectives, car, contrairement à ce que veulent nous faire croire les manuels de macroéconomie, la consommation n’est pas le but de la production capitaliste. Si ç’avait été le cas, il n’y aurait pas eu besoin de publicité. On le sait, l’éthique protestante de l’ascèse et du renoncement que prêchent à nouveau aujourd’hui nombre d’idéologues de la post-croissance était bel et bien présente dès les premiers balbutiements du capitalisme : gagner de l’argent, non pas pour le jeter par les fenêtres mais pour en tirer toujours plus d’argent, constitue depuis lors la délirante fin en soi de toute activité économique. Le capitalisme est par là même condamné à croître : tant qu’il peut les écouler, il n’a de cesse de produire des marchandises ; sitôt qu’il ne le peut plus, le voilà en crise. Dans ce processus, la consommation n’est qu’un moyen, car il est essentiel que les marchandises soient également vendues, pour que l’argent se multiplie.

On comprendra mieux si l’on distingue ici entre production de survaleur, produit concret et utilisation des ressources. Obtenir toujours plus de survaleur est le véritable but de la production et ce qui la stimule. La survaleur résulte de l’exploitation du travail, mais dans ce travail ça n’est pas l’activité concrète qui importe : au regard de la richesse abstraite créée par le travail, seul compte le temps de travail, qui correspond à « la dépense d’un quantum déterminé de muscles, de nerfs, de cerveau humains, etc. »[8]. Naturellement cette richesse abstraite a tout de même besoin d’un substrat matériel, et la réalisation de la survaleur nécessite donc que les marchandises soient d’abord fabriquées, puis ensuite écoulées, ce qui présuppose une demande solvable correspondante.

Avec l’augmentation de la productivité au cours de l’histoire du mode de production capitaliste, le rapport quantitatif a considérablement changé entre, d’une part la richesse abstraite mesurée en temps de travail, de l’autre la dépense en matériel requise pour sa production. L’augmentation de la productivité, pour sa part, résulte de la course aux profits supplémentaires qui récompensent quiconque est à même de produire à moindre coût que la concurrence. Cette évolution conduit à ce que le travail vivant soit de plus en plus expulsé du procès de production et remplacé par des machines. Des frais de main-d’œuvre toujours moindres permettent de produire toujours plus de richesse matérielle. Mais comme cette abondance de biens n’est pas le véritable but de la production, le temps de travail ne s’en voit nullement réduit, quand bien même ce serait matériellement possible et judicieux. On fait plutôt le calcul inverse : la production de la même richesse abstraite (mesurée en temps de travail) réclame un produit concret toujours plus important, et par conséquent – puisque les machines remplacent peu à peu la force de travail – une utilisation des ressources qui croît encore plus rapidement. Il y a des tendances contraires, comme avec l’efficacité énergétique notamment, qui a pour effet de réduire la dépense en énergie par produit fini. Mais le rapport quantitatif entre dépense en matériel et temps de travail est cependant sans équivoque : il croît sans discontinuer dans les secteurs producteurs de survaleur, ainsi que chacun peut s’en convaincre en observant par exemple l’évolution de l’investissement matériel et monétaire par emploi industriel.

Dans cette « contradiction en procès » (Marx) – qui consiste en ce que le capital expulse de plus en plus du procès de production le travail vivant, sur l’exploitation duquel repose pourtant la forme de richesse après laquelle il lui faut nécessairement courir – se trouve l’origine commune des crises économique et écologique. Le substrat matériel de cette richesse abstraite obligée de croître au-delà de toute mesure est bel et bien fini, de sorte que l’expansion doit nécessairement se heurter ici à des bornes infranchissables : d’une part la demande solvable limitée (crise économique), et d’autre part les limites naturelles (crise écologique).

À cet égard, même le traitement des symptômes de crise, qui à la rigueur est encore possible d’un point de vue intracapitaliste, débouche sur une contradiction : la moindre tentative pour ne serait-ce qu’atténuer la crise économique par des programmes de relance entraîne une destruction accrue de l’environnement. À l’inverse, pour réfréner celle-ci, il faudrait prescrire à l’économie mondiale une longue période de profonde dépression, avec toutes les conséquences sociales et matérielles que cela comporterait pour les hommes et femmes prisonniers du mode de production capitaliste. Rappelons-le, l’unique petit coude dans la courbe de croissance des émissions mondiales de CO2 se situe au niveau de l’année 2009, année de récession.

Nous ferions mieux d’envisager une planification sociale selon des critères uniquement dictés par la richesse matérielle, sa production et sa répartition. Mais, dans le capitalisme, la prééminence de la richesse abstraite et la nécessité compulsive de la multiplier en permanence s’y opposent, comme Robert Kurz le constate, dans un cadre plus général, à la fin de son Livre noir du capitalisme : « Les problèmes que nous devons résoudre sont d’une simplicité vraiment saisissante. Il s’agit, premièrement, d’employer les ressources existantes (et plus que suffisantes) en matériaux naturels, moyens de production et, avant tout, capacités humaines, de façon à garantir à tous les hommes une bonne et agréable vie libérée de la misère et de la faim. Il va sans dire que ce serait depuis longtemps réalisable sans difficulté, si la forme d’organisation de la société ne faisait pas systématiquement obstacle à cette revendication élémentaire. Deuxièmement, il convient de mettre un terme à la dissipation catastrophique des ressources, dans la mesure où celles-ci sont en règle générale mobilisées de manière capitaliste, à travers des projets pharaoniques insensés et des productions destructrices. Inutile de préciser que le responsable de cette “mauvaise affectation” aussi flagrante que dangereuse pour la collectivité n’est autre que l’ordre social dominant. Et troisièmement, enfin, il est a fortiori d’un intérêt primordial de convertir le temps social disponible – qui, étant données les forces productives de la microélectronique, s’est aujourd’hui accumulé en quantités colossales – en un loisir de même durée pour tous, au lieu d’un “chômage de masse” pour les uns et d’une accélération des cadences pour les autres.

La situation actuelle prend des allures de conte de fée déjanté, où l’absurde paraît normal tandis que ce qui allait de soi devient totalement incompréhensible : comme frappée d’un mauvais sort, la conscience sociale a complètement refoulé ce qui crève les yeux et va vraiment sans dire. En dépit du fait, d’une évidence tout à fait criante, qu’une mise en œuvre ne serait-ce qu’un peu plus raisonnable des ressources communes est désormais absolument inconciliable avec la forme capitaliste, on continue à ne débattre que de “concepts” et d’approches qui présupposent justement cette forme. »[9]

La critique de la valeur n’entend pas par là remettre en cause le bien-fondé de tant et tant d’actions ponctuelles visant à préserver l’environnement, mais rappeler simplement que la « paix avec la nature » que tous réclament à qui mieux mieux ne pourra intervenir qu’une fois le capitalisme aboli.

 

Traduction de l’allemand : Stéphane Besson

 

[1] N.d.T. : « Gegen die Wand. Von der gemeinsamen Ursache der ökologischen und ökonomischen Krise », paru dans Konkret, novembre 2013.

[2] John Bellamy Foster, Brett Clark et Richard York, Der ökologische Bruch. Der Krieg des Kapitals gegen den Planeten, Hamburg, Laika-Verlag, 2011. [N.d.T. : Il s’agit de la traduction allemande deThe Ecological Rift. Capitalism’s War on the Earth, New York, Monthly Review Press, 2010 – un livre encore inédit en français.]

[3] Source : Agence internationale de l’énergie (http://www.iea.org/).

[4] Nicholas Stern, The Economics of Climate Change : The Stern Review, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

[5] William D. Nordhaus, The Stern Review of the Economics of Climate Change, miméo, Yale University, 2007.

[6] Lire par exemple Irmi Seidl et Angelika Zahrnt (dir.), Postwachstumsgesellschaft. Konzepte für die Zukunft, Marburg, Metropolis-Verlag, 2010 ; Harald Welzer et Klaus Wiegandt (dir.), Wege aus der Wachstumsgesellschaft, Francfort-sur-le-Main, S. Fischer Verlag, 2013.

[7] Cf. Peter Bierl, « Elendsselbstverwaltung », in Konkret, avril 2013.

[8] Karl Marx, Le Capital. Livre I, trad. J.-P. Lefebvre et al., Paris, Quadrige/PUF, 1993 (1867), p. 192.

[9] Robert Kurz, Schwarzbuch Kapitalismus. Ein Abgesang auf die Marktwirtschaft, Francfort-sur-le-Main, Eichborn, 2009, pp. 438-439. Le livre est intégralement disponible à l’adresse :http://www.exit-online.org/pdf/schwarzbuch.pdf.

Par E.B
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 21 juillet 2014 1 21 /07 /Juil /2014 22:30

9782749241609.jpgTerminus, tout le monde descend ! Mais non monsieur, n'insistez pas, impossible d'avancer plus loin, nous nous cognons sur du réel ! Dans les discussions et les débats en pointe de la fin du dernier millénaire, la notion de " réel " a souvent été employée pour expliquer l'impossibilité d'expliquer. Ce réel aurait-il servi de refuge à un obscurantisme rampant ? Le réel n'est pourtant pas un de ces signifiants terminus, propres à conclure des argumentations hasardeuses. Au contraire germinal, le réel ne clôt pas un problème, mais présente son cristal initiateur. Avec le réel commence l'aventure humaine, de la sensation au fantasme, de la chose à la pensée. Mais la pensée peut-elle comprendre le cristal d'où elle provient et qu'elle dissout ?

Par E.B
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 11 juillet 2014 5 11 /07 /Juil /2014 22:24

La-reification.JPG Anselm Jappe fait paraître un article dans l'ouvrage collectif « La réification. Histoire d'un concept critique » (La dispute, 2014), dirigé par A. Cukier, V. Charbonnier et F. Montferrand (pp. 65-83).

 

Le sujet central de l'article est la spécificité et l'originalité de l'interprétation par la mouvance de la critique de la valeur du fétichisme de la marchandise chez Marx, au regard des autres courants du marxisme au XXe siècle qui se sont réappropriés le thème de manière toujours tronquée. Pour la lecture du seul livre intéressant en Français portant sur la thématique du fétichisme et que discute et critique l'article de Jappe, nous renvoyons au livre d'Antoine Artous, « Le fétichisme chez Marx » (Syllepse). On peut sinon se reporter aux ouvrages traduits de Moishe Postone. Nous renvoyons plus particulièrement à la lecture de « Temps, travail et domination sociale » (Mille et une nuits, 2009) et en particulier aux sous-chapitres « Travail abstrait et aliénation », « Travail abstrait et fétiche », « Formes de médiation sociale et formes de conscience ». Dans cette même langue on peut voir aussi sur le fétichisme de la marchandise la rubrique suivante :


http://palim-psao.over-blog.fr/categorie-11478449.html

 

En Allemand, sur le renouvellement de la thématique théorique du fétichisme nous renvoyons aux dossiers consacrés sur ce thème sur les sites des revues KRISIS, EXIT ! et STREIFZUGE.  

 

Extraits de l’article :  

   

« Au temps de la IIe Internationale (1889-1914), la théorie de Marx a été transformée en une idéologie centrée sur la ‘‘lutte des classes’’ et sur la revendication d’une redistribution différente de la survaleur. Depuis lors, on a continué à utiliser les analyses de Marx essentiellement dans ce but : obtenir une plus grande justice sociale. Dans sa formulation classique, le sujet historique de ces revendications correspondait à la classe ouvrière, essentiellement assimilée ici au prolétariat industriel.

       
Ces dernières décennies, ce schéma a souvent été appliqué sous des formes nouvelles, en faisant référence à d’autres figures de l’exploitation et de la domination (les peuples du ‘‘tiers-monde’’, les ‘‘subalternes’’, les femmes). On peut cependant observer que, dans tous ces cas, ce n’est pas vraiment le contenu de la reproduction capitaliste qui est mis en question, mais plutôt l’accès à ces résultats. La valeur et l’argent, le travail et la marchandise n’y sont pas conçus en tant que catégories négatives et destructrices de la vie sociale. C’était pourtant ce qu’avait fait Marx dans le noyau de sa critique de l’économie politique, tel qu’il l’a développée surtout dans le première section du Capital. Pour le mouvement ouvrier, ses porte-parole et ses intellectuels, la valeur et l’argent, le travail et la marchandise ne constituaient plus cependant des catégories à abolir, mais des éléments naturels de toute vie humaine qu’il fallait s’approprier pour les gérer ‘‘ différemment’’. De même, la production industrielle, y compris ses cadences et ses conséquences sur la vie humaine et sur la nature, n’était pas considérée comme un problème, mais comme une ressource dont on voulait tirer profit. Cette attitude allait jusqu’à l’éloge du fordisme, avec sa chaîne de montage et sa discipline de fer, qu’ont prononcé Lénine et Gramsci dans certains de leurs textes. Il s’agissait donc essentiellement de continuer le capitalisme industriel, basé sur le travail abstrait et la double nature de la marchandise – abstraite et concrète – en changeant seulement la propriété juridique des moyens de production.  

 

Dans ce chapitre, nous proposons au contraire d’examiner le problème de l’aliénation et de la réification à partir des analyses marxiennes du fétichisme de la marchandise et du travail abstrait. »

 

Plan de l’article :


-  Aliénation et réification : histoire, problèmes et déclin théoriques

-  La centralité du fétichisme de la marchandise

-  Fétichisme, aliénation et réification : reconstruire une continuité théorique

-  Conclusion


Par E.B
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 10 juillet 2014 4 10 /07 /Juil /2014 15:58

 

 

 

Par E.B
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 7 juillet 2014 1 07 /07 /Juil /2014 20:01

9782213638584-G La Générale située au 14 avenue Parmentier à Paris (www.lagenerale.fr) produit un cycle de conférences tous les seconds dimanches du mois et évidemment ouvert au public . L'auteur déploie depuis l'Esprit du Nihilisme une inédite compréhension conceptuelle du Mal. Voici ici le quatrième volet : Appropriation.

 

Par E.B
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

[ Résist@nce Critique ] # N D H

  • Nouvelles De l'Humanité
  • Retour à la page d'accueil
  • : La marchandise et son monde ont désormais déferlé sur la totalité des sphères de l'existence. Une singulière "tyrannie sans tyran" s'est installée, appauvrissant nos vies toujours plus en profondeur. Un nouvel Homme semble émerger au milieu de notre époque post-transgressive, se caractérisant à l'évidence par un authentique malaise dans la subjectivation. Quant à la Mort, elle semble se retirer à petits pas de ce monde de l'illimité, de l'inconsistance et de la complétude...
  • Contact
  • : Philosophie Psychanalyse Critique de la valeur Clinique du social Culture

Rechercher

Altéricide et Spectacle

pilule

 

associations et organisations

 

imagesu

Orage dans les nouages

  noeud-bo.jpg explos_011.gif bh 
         

Evênements/Parutions

Capturejj.PNG

  9782842423568_1_75.jpg

 

41xSBFHRHCL

 

90aa5eb875

 

recto-Sde-copie-1.JPG

 

9782081284616FS-copie-1.gif

 

83699365 o  

cacacacacacaca-copie-1.jpg

 

02072086145


Promenade ecosophique

 


 
 



 


  
  
   LAW OF VALUE
          SUBJECT / OBJECT
               (BY KAPITALISM 101)




                                                 
      
   

Make paint not war

 

Captureu

Cadeaux

     
pour-copie-1.PNG
Badge (rond) 32 mm 2€ TTC

  text
 
               300096 10150329741009952 702129951 8096060 912297625 n                       
ccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc
ccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc
wsb 466x583 jour+de+fesses
ccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc
                    Jour de fesses
(Acrylique et huile sr plâtre,Techniques mixtes,Avril 2011)
ccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc
ccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc
ccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccccc
wsb 458x344 croco

            Ceci est un hippopotame
         (Acrylique et huile sur plâtre,Techniques mixtes)  
                           Juin 2011, 46 X 60 cm
 

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Syndication

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés